Le mode accessibilité augmente les contrastes pour les personnes ayant des difficultés visuelles.


Apiculture urbaine

Ruches sur le toit des travaux publicsS’inscrivant dans son plan de développement durable, la Ville de Saint-Lambert, en collaboration avec son comité d’environnement, a décidé de mettre en place en 2014 un projet pilote d’apiculture urbaine.

À la suite de son grand succès, le projet s'inscrit maintenant dans les activités courantes de la ville. Deux ruches ont donc été installées sur le toit de la Direction des travaux publics. À la fin de l’été, elles auront produit une récolte de bon miel citadin. Puis, elles passeront l’hiver sur ce même toit bien emmitouflées pour résister aux grands froids et aux vents glacials. 

Par ces installations, la Ville contribue à l’équilibre de l’écosystème et surtout à la protection des abeilles, espèce en déclin depuis plus d’une décennie au niveau planétaire. Selon les autorités sanitaires européennes et américaines, plusieurs facteurs seraient responsables de la diminution des colonies d’abeilles, notamment certaines pathologies les affectant, les méthodes apicoles agressives et la pollution environnementale, incluant les pesticides et les ondes électromagnétiques (cellulaires, WIFI).  

En réponse au déclin des colonies d’abeilles, il s’est développé un mouvement environnementaliste qui vise à protéger les abeilles en particulier. Entre autres, l’apiculture urbaine est un effort en soutien de l’abeille et de l’écosystème équilibré. Étant en hausse dans plusieurs grandes villes comme New York et Paris, la pratique de l’apiculture urbaine prend également de plus en plus d’ampleur depuis 2012  à Montréal où on estime à environ 300 le nombre de ruches à l’été 2014.

Pourquoi protéger les abeilles?

Du point de vue environnemental, l’abeille est un insecte essentiel à la production agricole, car il contribue majoritairement à la pollinisation des fruits, par exemple les pommiers et les légumes, comme les concombres, les oignons et les melons.

Du point de vue économique, ce pollinisateur hors pair contribue à la production agricole et fait économiser plusieurs milliards de dollars au secteur agricole, chaque année.

Abeille

Différencier la guêpe et l’abeille

La guêpe est sans poil, de couleur jaune vif avec des lignes noires et a un abdomen clairement distinct du thorax. Carnivore, étant attirée par les déchets organiques et les aliments sucrés, la guêpe peut être agaçante au-dessus des tablées estivales. Prédatrice de l’abeille, la guêpe a tendance à être plus agressive que l’abeille et peut piquer sa victime à plusieurs reprises.

L’abeille est velue, de couleur noire et jaune orangé. Il s’agit d’un insecte végétarien et pacifique. En effet, sa principale occupation consiste à butiner les fleurs et récolter le pollen et le nectar qui serviront, entre autres, à la fabrication du miel. Contrairement aux guêpes ou aux moustiques, les abeilles piquent seulement lorsqu’elles se sentent en danger, afin de protéger leur nid. C’est un insecte idéal au partage de l’espace urbain.